Le Deal du moment : -29%
Jeu d’ambiance Dobble
Voir le deal
7.12 €

 :: Gestion du RP :: Bureau de recensements :: Recensements validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Calista Johansen
Calista Johansen

Dossier du personnage
✘ Métier: Alchimiste Rossini
✘ Description Physique:
✘ Inventaire/Pouvoirs:
Calista Johansen
Calista Johansen
Sorcière Rossini • Admin
Messages : 1068
Points RP : 319
Points ☆ : 7
Age : 481
Nationalité : Norvégienne
Situation : Fiancée à Lorenzo
Calista Johansen
Jeu 10 Mar 2016 - 20:07


logo

Calista Johansen





Prénom : Calista
Nom : Johansen
Surnom : La Rose Noire
Âge : 477 ans
Race : Sorcière
Nationalité : Norvégienne
Orientation : Hétérosexuelle

Groupe : Solitaire
Métier : Officiellement apothicaire, officieusement vendeuse de potions

Pouvoirs : Longévité, télékinésie, projection astrale, contrôle de l'esprit et terrakinésie
Crédit de l'avatar : Original de Zhang Xiaobai


« Il ne faut pas se fier aux apparences, elles sont souvent trompeuses. »

Rendez-vous d'affaire à la périphérie de Vegas, un nouveau client souhaite visiter le local commerçant derrière moi. Un petit regard sur la montre ornant mon poignet gauche, il a déjà plus de dix minutes de retard et ma patience arrive à sa limite. Un coup d’œil à droite puis à gauche, personne ne semble se diriger dans ma direction. Soit ce fameux client est un petit malin qui aime faire perdre leur temps aux personnes civilisées, soit il est réellement en retard. Etant donné que j'ai un rendez-vous au centre-ville dans une heure, je ne peux pas me permettre d'attendre plus de cinq minutes.

Je regarde une nouvelle fois ma montre puis décide de rebrousser chemin jusqu'à mon agence. A peine ai-je tourné les talons qu'une voix m'interpelle. Je ne me retourne pas tout de suite, l'attente m'a légèrement agacé et je ne souhaite pas montrer une image pathétique à mon client, surtout s'il compte acheter ce local. J'attends quelques secondes puis je me décide enfin à pivoter sur moi-même pour lui faire face. A ce moment-là, je suis resté interdit et même si j'avais pu savoir à l’intonation de la voix qu'il s'agissait d'une femme, je ne pensais pas me retrouver devant une telle personne.

Mes yeux se sont naturellement portés sur sa silhouette grande et fine, même si mon regard s'est brièvement arrêté sur sa poitrine -sacrée poitrine je dois dire- pour pouvoir se poser définitivement sur son visage pour mieux la détailler. Cette femme est d'une grande beauté, je ne peux pas le nier. Elle semble prendre bien soin d'elle car j'ai l'impression d'avoir en face de moi une poupée de porcelaine : un visage ovale, une peau douce et rosée, des lèvres rosées et pulpeuses sans parler de ces iris émeraudes qui me fixent du regard depuis le début, accompagnés de ces fins sourcils. Des petits cristaux blancs ornent ses lobes d'oreilles, même s'il est difficile de les voir avec cette longue chevelure brune qui les recouvre, affinant ainsi le visage de la belle.

Je tente de lui répondre, seuls des bégaiements s'échappent de mes lèvres. La jeune femme se met à rire puis tente de me rassurer, c'est moi d'habitude qui endosse ce rôle ! Je reprends vite mes esprits et je l'invite à entrer dans le local la première. De cette manière, je peux ainsi l'observer davantage : elle doit faire un bon mètre soixante-quinze, et sa longue chevelure brune s'arrête en bas de son dos. Une petite brise d'air me permet même de voir un étrange tatouage représentant une rose noire sur son omoplate droite, alors que ses cheveux sont délicatement portés par le vent.

A peine sommes-nous rentrés dans le local qu'elle commence déjà à scruter le moindre recoin tandis que mon regard est toujours posé sur elle. Je m'attarde un peu plus sur sa tenue : un simple pantalon noir accompagné d'un top coloré avec des volants. Et je ne parle même pas de ses talons, comment fait-elle pour marcher avec une telle hauteur ? Quelques bagues et bracelets ornent ses mains mais mon regard s'arrête surtout sur son buste, et plus particulièrement sur cet étrange collier autour de son cou. Une chaînette argentée, rien de plus banal, mais c'est ce pendentif qui m'interpelle. Je n'arrive pas à voir ce qu'il représente et impossible d'affirmer si c'est un vrai cristal ou non.

J'étais tellement absorbé par la belle que je n'ai même pas remarqué qu'elle me parlait. Une petite pierre me percute et me sort de mes pensées, je regarde tout autour de moi pour comprendre l'origine de tout ceci, sans grand succès. La cliente s'approche de moi, ses émeraudes à nouveau posés sur ma personne, et prononce d'une voix claire et précise : j'achète.

« S'il y a bien une chose que je retiens, c'est que le futur n'est pas prédéfini. »

Je t'ai élevée pendant toutes ces années, je t'ai vu grandir et tu m'as longtemps rappelée tous ces enfants que j'ai eu avant toi. Tu as le même caractère que moi et lorsque je te regarde, j'ai l'impression de me revoir à ton âge.

Nous avons grandi dans la forêt, isolées du monde extérieur. De cette manière, tu es rapidement devenue indépendante et tu as pu développer ta magie face au danger. Cette curiosité naturelle que tu possèdes t'aide à comprendre et apprendre facilement tout ce qui nous entoure et rares sont les personnes à avoir les mêmes facultés que toi. Tout le monde devrait t'envier et pourtant, il n'y a qu'un seul mot qu'ils prononcent quand ils nous voient : Sorcières.

Ces mots ne t'ont jamais atteinte, tu as toujours accepté ta condition quelles qu'en soient les conséquences. Tu as toujours développé un caractère solitaire et froid lorsque tu rencontrais des inconnus et une simple petite démonstration de tes pouvoirs les faisait rapidement fuir. Cela pourrait te rendre triste mais au contraire, cela semble t'amuser. Tout le monde se trouve autour de toi et tant que tu y trouves ton compte, tu peux faire n'importe quoi, même si cela pourrait provoquer un énorme conflit. Et c'est d'ailleurs pour cela que tu essayes de n'avoir aucun lien avec les personnes que tu rencontres, car chaque service rendu doit être payé.

C'est ce que tu es devenue depuis que tu tiens cette boutique à la périphérie de Vegas, une sorcière prête à aider tout le monde, mafieux comme chasseurs, du moment qu'elle reçoit quelque chose en contrepartie. Tu ne crains même pas les représailles tellement que tu fais confiance à ta magie et à tes sortilèges. Plusieurs de tes clients t'ont avertie mais tu n'as même pas daigné écouter leurs conseils, têtue que tu es. Calme, manipulatrice, exigeante, directe, ce sont les mots que je pourrais utiliser pour te définir. La mort ne te fait même pas peur, tu continues d'arborer un sourire et une attitude confiante face à tes clients et c'est très intelligent de ta part. C'est d'ailleurs cette intelligence qui m'a coûtée la vie mais c'était mon erreur de t'avoir sous-estimée : tu es bien plus rusée que tu en as l'air.

Mais même si tu es une sorcière, tu n'en restes pas moins humaine. Toutes ces années seule dans le mensonge ne t'ont sûrement pas aidée. Tu ne peux pas constamment garder cette carapace et tu en es bien consciente, raison pour laquelle tu tentes toujours de t'éloigner des autres pour éviter de t'attacher et de souffrir en retour. Le bonheur est inatteignable tu m'as dit mais tu ne fais que te voiler la face ma grande. Au lieu de subir la vie, tu devrais la vivre pleinement tant que tu le peux. Tôt ou tard, tu finiras par être impliquée dans ce conflit, que tu le veuilles ou non, et il sera trop tard pour changer les choses.

« Celui qui refuse l’évidence n’est pas moins sot que celui qui accepte le mensonge. »

Une douleur flagrante me prend dans la poitrine. Ma main droite s'y faufile rapidement pour tenter de l'apaiser mais elle ne peut que frôler cette lame profondément ancrée dans ma chair. Un liquide chaud s'en échappe et coule sur mes doigts, mes jambes me lâchent et mes genoux rencontrent le sol. Ce même liquide s'écoule doucement de mes lèvres, l'odeur du sang imprègne toute ma bouche et je sens progressivement la vie me quitter. Une dernière fois, je lève la tête pour regarder la personne qui vient de mettre un terme à tous ces siècles sur cette Terre : ma chair, mon sang, ma propre enfant.

~~~~~

J'ai mis beaucoup de temps à savoir que j'étais une sorcière. Mon père a disparu quand j'étais jeune et ma mère, simple humaine, a préféré me tenir à l'écart de cette magie. Découvrir totalement par hasard qu'on a des pouvoirs et que mes parents ont refusé de me le dire, ce n'est pas quelque chose de bien amusant. J'en ai longtemps voulu à ma mère au point de lui ôter moi-même la vie dès que j'ai maîtrisé ce nouveau don grâce à mon mentor, sans aucun remord. Je me suis longtemps entraînée pour exceller la sorcellerie mais même avec tous mes efforts, le temps me rattrape et je sens que mes pouvoirs commencent à stagner. Mon corps vieillit, mon visage subit les aléas du temps mais je refuse de me laisser avoir. A défaut d'avoir l'immortalité, j'ai réussi à trouver un sortilège capable de transférer mon âme dans un nouveau corps. Et de cette manière et jusqu'à ce que j'arrive à atteindre cette longévité tant attendu, je mets au monde une nouvelle progéniture jusqu'à m'approprier son corps le moment venu.

C'est de cette manière que je t'ai mise au monde. Je ne sais plus combien de filles se sont succédées avant toi mais tu es la première à avoir un père sorcier. Il ne sait même pas que tu existes, j'ai pris soin de disparaître à l'autre bout du monde une fois que j'étais sûre d'être fécondée. Je me suis installée au fin fond d'une forêt en Norvège, et je ne l'ai plus jamais quittée depuis ce jour. La magie a facilité mon accouchement, ces années d'expérience avaient fini par adoucir ce moment si douloureux pour une femme. Et lorsque tu es venue au monde et que j'ai posé pour la première fois mes yeux sur toi, j'ai su à ce moment précis que tu étais une perle rare.

Tu as passé les premières années comme n'importe quel enfant. Je t'ai appris à parler, marcher et cet isolement ne t'a jamais pénalisée. Tu n'étais même pas au courant de ce monde extérieur, jusqu'au jour où cet homme s'est aventuré dans notre forêt. Un bel homme fraîchement vampirisé je dois dire et en échange de quelques informations et services, je lui ai appris à maîtriser sa soif et ses pouvoirs. Certes, j'ai obtenu ce que je souhaitais mais tu t'es rapidement rendue compte que je te cachais beaucoup de choses, même si tu n'étais qu'une enfant. Et ce n'est pas ce rapprochement entre vous deux qui a arrangé les choses.

Quand il a quitté les lieux, tu n'as pas cessé de me questionner et je n'ai jamais souhaité te répondre. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de commencer ton dur entraînement pour devenir une grande sorcière. Tu as été réticente dès le début ; passer d'une vie calme et naïve à la réalité n'est pas facile mais tu as fini par t'y faire. Je t'ai entraînée tous les jours pour que tu puisses obtenir le niveau que je n'ai jamais pu avoir à cause de ma mère humaine. Tu as fait des progrès rapidement alors qu'il m'a fallu des centaines d'années pour arriver à ton niveau et tu ne m'as jamais déçue.

A tes 18 ans, j'ai commencé à m'éloigner progressivement de toi. Je t'ai aimée comme n'importe quel enfant et le jour tant redouté se rapprochait progressivement. Certains m'ont sûrement qualifiée d'égoïste et je ne les blâmerais pas car c'est le cas. Même si je me suis attachée à toi, je ne compte pas mettre de côté mon but et tu finiras par disparaître, comme toutes les autres avant toi. Ces dernières années, je suis sortie bien plus que d'habitude dans les villes humaines pour préparer mon futur retour alors que je t'avais consignée à la maison. Et sans le savoir, c'était cet agissement de ma part qui m'a menée à la mort.

Ce jour fatidique, je suis revenue plus tôt à la maison pour préparer le rituel. Dans quelques heures, ton esprit disparaîtra et je prendrai possession de ton corps, comme toutes tes autres sœurs avant toi. Lorsque j'ai franchi le palier de la porte, tu m'as accueillie avec le même sourire chaleureux. Nous avons déjeuné ensemble, rien de bien étrange, mais c'est la conversation qui a suivi qui m'a bluffée : tu as commencé à aborder des sujets inhabituels, comme si tu savais que tout prenait fin aujourd'hui. Je t'ai répondue, l'air de rien mais il était déjà trop tard.

Mon pouls commence à s'accélérer, mes mains deviennent moites et ma vision se trouble. Pensant être malade, je tente de me lever pour rejoindre ma chambre car un peu de repos ne peut me faire que du bien. Je trébuche en chemin, impossible de me rattraper et je me laisse tomber de tout mon poids. Tu es rapidement intervenue pour me secourir, du moins en apparence. Je ne suis certes pas tombée sur le sol, mais cette douleur fulgurante à la poitrine m'a vite interpellée. La panique m'envahit, je me relève brusquement et m'éloigne avant de voir cette lame plantée dans mon cœur.

Tes mots m'interpellent, je relève la tête et je t'implore de m'expliquer ce qu'il se passe. Tu me racontes que tu as trouvé mon grimoire pendant mes nombreuses sorties et que tu étais au courant du sort que je t'avais réservée. Tu as concocté une potion pour m'affaiblir et je l'ai prise sans même m'en rendre compte. Le seul moyen pour t'en sortir, c'est de me tuer et tu le savais bien, tu n'as pas hésité une seule seconde à le faire. Tu es réellement une perle ma chérie, je ne pouvais pas espérer mieux de toi même si les choses ne se sont pas passées comme prévu.

La dernière vision que j'emporte avec moi avant de fermer définitivement les yeux, c'est ton image. Je suis fière de toi mon enfant...

~~~~~

Je n'ai connu la peine qu'une seule fois, c'est ce jour où Duncan a quitté la Norvège sans jamais y revenir. Tuer ma propre mère ne m'a même pas attristée car je savais à ce moment précis que c'était la seule solution possible si je souhaitais vivre. C'était elle ou moi. Même si nous avons le même sang, il fallait que je mette un terme à tout cela, pour venger toutes mes sœurs qui ont disparu suite à la folie de ma mère.

J'ai pris son grimoire, quelques affaires et j'ai brûlé la maison avant de quitter définitivement les lieux. Plus rien ne m'attache à cet endroit et il est grand temps de découvrir ce monde qu'elle m'avait trop longtemps dissimulée. On peut dire que j'ai eu la chance de parcourir la Terre : je me suis installée à un endroit, je continue d'étudier la magie et lorsque les habitants commencent à se demander pourquoi je n'ai pas l'air de vieillir, je m'en vais et je m'installe dans un autre pays, encore et encore. J'ai pu croiser quelques êtres surnaturels tout comme moi mais je n'ai jamais souhaité les suivre, et je n'ai jamais souhaité m'attacher à eux. Pendant les premières années, le désir de retrouver Duncan était bien réel, mais il s'est rapidement estompé lorsque j'ai fêté mon premier siècle. Il était sûrement mort et je ne recherchais qu'un fantôme.

Europe, Asie, Océanie, Afrique, Amérique, tant de pays qui n'avaient plus de secret pour moi mais le temps a bien changé les choses. Je suis retournée en Norvège et l'endroit était méconnaissable. Après tout, il s'était déroulé plus de quatre siècles et les humains avait fini par reprendre possession de cet endroit une fois que la rumeur de la sorcière de la forêt avait disparu. Une ville a même été bâtie à l'endroit où se trouvait ma maison, insistant sur le fait que tout est terminé. J'y suis restée quelques années et je suis partie comme toutes les autres fois, reprenant mon tour du monde une fois de plus.

Mais la routine a rapidement laissé place à la curiosité. Pendant l'un de mes voyages, j'ai rencontré un chasseur qui comptait se rendre à Vegas, lieu où tous les monstres semblaient s'y rassembler. Bien que je me moquais de cette rumeur, la curiosité a vite pris le dessus et j'ai décidé de m'y rendre également pour constater cela de mes propres yeux. Une ville habitée par des familles mafieuses, rien de bien banal si ce n'est que ces familles n'ont rien de normal. Démon, vampire, loup… Cette ville n'avait rien d'une ville tranquille et cela a suffit à me convaincre de m'attarder dans ce lieu pour voir comment les choses allaient évoluer.

Maintenant installée à la périphérie de Vegas, je ne suis officiellement qu'une simple apothicaire qui vend des remèdes aux humains. Les mafieux, chasseurs et même indépendants viennent officieusement pour acheter mes potions ou mes connaissances et ils obtiennent toujours ce qu'ils veulent, du moment que j'ai en retour ce que je souhaite. De cette manière, je peux vivre tranquillement tout en étant spectatrice de ce triste show qui se déroule dans cette ville.
Pseudo : Litania/Laetania
Âge : 24 ans

Comment avez-vous connu le forum : Je fais partie du staff ~
Votre avis : Ma foi, c'est plutôt celui des membres que je devrais récolter, pas le mien :3
Votre fréquence sur le forum : 7/7, je me connecte généralement tous les jours (sauf imprévus bien sûr)
Un ajout : Longue vie au forum ♥

Mot de passe : auto-validation o/ -se pend-

© A-Lice | Never-Utopia


Calista Johansen Calisign4

Calista Johansen Cali

Mes cadows ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: